lundi 15 août 2022

IHS - Une plaque à Ruffigné pour se souvenir !

mercredi 29 juin 2022

Ils sont 27 à avoir été fusillés par les nazis le 21 octobre 1941 dans la carrière de sable à Châteaubriant par les nazis. Pour éviter tout rassemblement de population, ils ont été enterrés trois par trois dans neuf communes environnantes. Leur faute ? Ils étaient adhérents à la CGT et communistes pour la plupart ! « Les Barbares voulaient les tuer – ils les ont rendus immortels » a écrit Georges Politzer, lui même fusillé le 14 mai 1942 !

Ce samedi 25 juin 2022, à Ruffigné (Loire-Atlantique) c’est le septième cimetière qui se voit dévoiler une plaque commémorative aux noms de trois des martyrs qui furent enterrés ici : Désiré Granet, mécanicien-chauffeur dans la papeterie, Secrétaire de la fédération CGT du Papier-Carton ; Émile David, mécanicien-dentiste, trésorier régional de la Jeunesse communiste ; Henri Barthélémy, cheminot, membre fondateur de la CGT dans les Deux-Sèvres.

Plaque dévoilée sur le mur à l’entrée du cimetière de Ruffigné
Louis Simoneau

Le maire de la commune, Louis Simoneau, débute les prises de paroles : « Je suis particulièrement ému de me retrouver à vos cotés pour commémorer la mémoire des victimes du régime nazi durant la seconde guerre mondiale [...] Leurs corps sont restés enterrés auprès des Ruffignolais jusqu’en 1945 où ils ont été remis à leurs familles ».

Serge Adry

Après avoir lu un message émouvant de Colette Granet, épouse de Raymond Granet, fils de Désiré, Serge Adry, Président du Comité Local du Souvenir des Héros de Châteaubriant initiateur du projet, précise qu’« ils ont été choisis en fonction de leurs responsabilités politique, syndicale, par le ministre Pucheu qui voulait éliminer des adversaires de classe, animateurs des grandes grèves de 1936 » pour la page historique. Ce n’est pas sans oublier le présent car « nous devons dénoncer et combattre la destruction méthodique du programme du Conseil National de la Résistance. N’oublions pas notre engagement, leur engagement, pour la paix, une paix mise à mal aujourd’hui en Ukraine, mais aussi au Yémen depuis 2015 et dans vingt-et-une autres parties du monde concernant 850 millions de personnes ».

Le ciel est gris et menaçant au point que les allocutions se termineront sous la pluie, puis à l’abri dans une grande salle communale à proximité où Pierre Chauleur, Sous-Préfet de Châteaubriant-Ancenis,

Pierre Chauleur

put poursuivre son allocution. « Nous leurs en sommes éternellement reconnaissants. Lorsque des forces obscures tentent de rompre toutes nos fraternités, leur exemple se dresse face à nous pour que vive la France, la Liberté et l’Humanité » ; puis de citer Guy Krivopssko [1] : “ Ces hommes se tiennent debout, sans regrets, face à la mort. Ils redisent inlassablement leur amour à ceux qui resteront. Ceux-là, surtout, les préoccupent : de quoi vivra leur femme, leurs enfants feront-ils de bonnes études, trouveront-ils un bon métier ? Ils parlent philosophie, foi, sacrifice, ils apprivoisent la mort. Souvent, ils nous étonnent. (…) À quelques heures du trépas, ces combattants de la liberté livrent une inoubliable leçon de ténacité, de courage, de dignité ”. Nous leur devons cet instant de mémoire, c’est notre devoir, c’est notre dette ».

Les Gars à la Remorque
avec les enfants de l’école primaire publique Les Magnolias.

L’équipe théâtrale « Les Gars à la Remorque » rappelle cette triste histoire du 22 octobre, puis, non sans émotions, lisent les dernières lettres des fusillés. Cette page d’histoire en apporte une autre sur la Résistance ruffignolaise en citant Michel Bonnier, habitant : « Bilan terrible pour la petite commune de Ruffigné et ses 1 000 habitants de l’époque : 14 arrêtés dont 9 morts en déportation ».
Le chant des partisans est alors entonné par les enfants de l’école primaire publique Les Magnolias sous le son de l’accordéon.

Dévoilement de la plaque
en présence aussi du nouveau député de la circonscription : Jean-Claude Raux

La plaque est alors dévoilée par nos trois orateurs officiels accompagnés de Jean-Claude Raux, nouveau député de la circonscription d’Ancenis et Châteaubriant, encadrés par 20 porte-drapeaux et devant une assistance d’une centaine de personnes.

Si la foule s’est éclaircie, le ciel n’a pas suivi !

Un verre de l’amitié clôturera cette cérémonie. Les prochains rendez-vous sont au mois d’octobre pour les poses de plaques en mémoire des fusillés qui y ont été enterrés dans les deux derniers cimetières : le 8 à 10h30 à Herbray (Pierre Guéguin, Raymond Tellier, Victor Renelle) et le 22 à 14h à Villepôt (Edmond Lefèvre, Jean Poulmarc’h et Henri Pourchasse).

Patrice Morel
Le 28/06/2022


Album photos (© Patrice Morel / IHS CGT44) :


Allocutions et interventions :


Ressources :


Bulletin d’adhésion est à votre disposition en téléchargement.


[1Guy Krivopissko est l’ex-conservateur du Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne, spécialiste des archives de la Résistance et plus particulièrement des lettres de fusillés auxquelles il a consacré plusieurs ouvrages.

[2Site du Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant et Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.